vendredi 22 septembre 2017

Borinamalgame ! Par Vincent Vallée.


Borinamalgame ! Pourquoi ?

Tout bonnement parce que j'en ai marre d'entendre dire que le Borinage est le nid des cas sociaux, le berceau des "Barakis"... C'est malheureux de réduire une si belle région, un si joli pays à des critères, qui en réalité , sont des préjugés.
Pourquoi cette appellation : BORINAGE ? Cela vient du mot BORIN qui désigne les ouvriers de la mine, car en effet, lorsqu'on parle du Borinage on ne peut pas ne pas penser aux Charbonnages de la région, cette activité d'extraction du charbon, cette période difficile qui vit les pires catastrophes arriver ainsi que la misère ouvrière, l'exploitation minière dans la région remonte à l'an mil, imaginez...


Faut-il rappeler de cette activité, le Socialisme est né dans cette région ? Le Borinage est la rampe de lancement du parti socialiste qui est devenu ... ce qu'il est devenu... Le but premier du socialisme étant de défendre l'ouvrier, les petites gens, améliorer les conditions de vies. Les aspirations politiques ont eu raison des valeurs premières de ces partis ouvriers, pour les ouvriers, né des ouvriers.

Ce que peu savent également, c'est que le Borinage à vu passer en ses contrées d'illustres personnages...
Pour ne citer que quelques-uns, je dirais Victor Hugo qui séjourna non loin de là, à Mons. Mais aussi Paul Verlaine et Rimbaud qui traversèrent le Borinage pour s'arrêter à Quièvrain le temps d'une énième cabriole au mariage de ce cher Verlaine.
Mais aussi et surtout celui qui résida au sein de la population Boraine, dans ses murs et avec sa misère de l'époque : Vincent Van Gogh.
Je pourrai encore citer le grand Verhaeren qui succomba au charme des Hauts-Pays, à Roisin. Zweig qui visita régulièrement son ami Verhaeren.
Un magnifique château fit les beaux jours de la commune de Boussu jusqu'à ce qu'il soit bombardé par les allemands, mais soit, ceci étant dit pour expliquer que notre Borinage a aussi une base culturelle.

Ce qui me gêne, vous l'aurez compris, c'est l'amalgame. Catégoriser le Borinage à une région dangereuse,  pitoyable, socialement médiocre est juste très réducteur, facile... mais c'est surtout faire preuve d'une étonnante ignorance... Car, pour avoir un tout petit peu voyagé, je remarque ce qu'on appelle des "Barakis" un peu partout comme à Londres, à Bruxelles, en Italie, en Espagne, je vous épargne les USA car là, les cas sociaux sont légions, mais pourtant les USA c'est autre chose que ça... Ne retenir que les cas sociaux du pays de l'oncle Sam serait aussi très réducteur.

Pour ne rester qu'en Belgique, que ce soit Liège, Charleroi, Les Ardennes, le littoral, les Flandres... Partout il y a des " Barakis" ! Mais partout il y a bien plus que ça. De la culture, des paysages et des domaines fantastiques, une architecture si belle, si belge...

Le Borinage, c'est ce sol noir, cette terre fumante, ses terrils, vestiges de l'industrie minière, ce sont nos corons, nos bois, nos champs à perte de vue, notre agriculture. Quel plaisir je prends à partir en vacances, loin de chez moi et du quotidien. Mais bon sang ! Quel bonheur de rintrer d'vin mes cayeaux! ( renter dans mes cailloux: Chez moi ) Parce que c'est là que je suis né, là que je vis, là que mes ancêtres ont aussi vécu.

Comme toutes les régions, le Borinage fait des efforts, il y a des hommes politiques avec de véritables ambitions et projets pour cette belle région, mais beaucoup me déçoivent car ils ne les défendent pas leurs ambitions ils les laissent se faire étouffer par la hiérarchie qui les étouffent, comme partout n'est-ce pas ? Ne médisons pas... Fort heureusement il y a des passionnés et des  gens de talent qui prennent des initiatives culturelles chez nous, en voici quelques exemples : Box Théâtre, La roulotte Théâtrale, Les centres culturels, même notre propre Mr Météo !...


La culture est présente, surgit de partout et c'est plaisant. Le cadre est beau et bucolique, urbain,campagnard...

Non, de grâce, cessez de réduire mon beau Borinage à une région sinistrée de par des attitudes et des cas sociaux, croyez-le, c'est de la caricature et pour les cas réels, ce sont les mêmes que chez vous, que chez eux...

Allez, sans rancune, je vous partage un refrain bien de chez moi, mon cher Borinage, et en borain bien entendu :

On est borégne ou on n'l'est nié, ( On est borain ou on ne l'est pas )
Ca viét d'famie, on n'y peuwt rié, ( Ça vient de la famille, on n'y peut rien )
On éme el patois de s'village;   ( On aime le patois de son village )
Pour nous, c'est l'pu biau des langâges. ( Pour nous, c'est le plus beau des langages )
On est borégne dins l'ardeyon, ( On est borain au fond de soi )
On n'rougit'nié de ses cayaux. ( On ne rougit pas de ses cailloux )
On s'fout des faizeux d'imbaras; ( on se fiche des faiseurs d'embarras )
On s'ra borégne tant qu'on vivra  ( Nous serons borain tant qu'on vivra )

vendredi 15 septembre 2017

Frappe-toi le cœur de Amélie Nothomb, par Vincent Vallée.


"Frappe-toi le cœur, c'est là qu'est le génie"

  Ces quelques mots de Musset résonnent durant le récit de Amélie Nothomb, on veut comprendre pourquoi elle choisit ces quelques mots si profonds, si lourd de sens...

  Amélie, comme à son habitude, opte pour un roman court, très stylé, très soigné. Un roman qui plus est, qui comme souvent rend hommage à l'objet "Livre", de par sa qualité de papier épais et agréable au touché, merci Albin Michel.

  Marie est une jeune fille séduisante, mais insensible aux autres, narcissique dans ce sens qu'elle aime qu'on la jalouse, qu'on la déteste parce qu'elle est belle, unique dans sa beauté et sa froideur qui en découle.
  Cependant, tout va aller très vite pour cette stalactite de toute beauté. Elle va se laisser tenter par un jeune pharmacien, se laisser succomber... Et là, se terminera sa conquête du regard jaloux d'autrui, un enfant va naître, sa déchéance, sa rivale est arrivée, la reine du royaume de la jalousie est tombée.

  Diane, une enfant délicieuse, belle comme une déesse, l'admiration de son père et de ses grands-parents, va rendre amorphe sa mère, le boomerang de la cruauté va se retourner pour frapper de plein fouet Marie, sa mère. L'enfant ne sera pas aimée, ou alors juste un peu... Et encore, inconsciemment.
Diane grandira très vite, trop vite ? Elle sera vite mature, mais devra fuir sa mère pour recevoir un peu d'amour maternel par le biais de ses grands-parents. Elle deviendra grande sœur d'une petite Célia et d'un gentil Nicolas, mais tout est différent avec ses cadets, Marie, sa déesse des tout débuts, va donner un amour démesuré à Célia, surtout.

  Le monde va s'écrouler pour Diane, qui elle même, va se fermer aux autres sans le vouloir, sans le comprendre. C'est dans l'amitié que Diane va s'épanouir un peu, ses études vont la conduire à étudier le cœur, son fonctionnement, tout est là ! Frappe toi le cœur...
  Elle va rencontrer Olivia, une jeune prof universitaire, non nommée, Diane va s'éprendre pour cette prof talentueuse, elle va lui proposer son aide pour être nommée et se donner à elle sans compter, on pourrait croire à un amour naissant plutôt qu'à de l'amitié mais non... Diane est juste altruiste, ses sentiments étouffés se sont décuplés pour se donner aux autres sans compter, mais la vérité est parfois plus sournoise, plus proche de notre vécu qu'on ne croit...

Marie, Olivia, la petite fille de Olivia, Diane... Le monde est petit...





  Je découvre depuis quelques années Amélie Nothomb, et je dois avouer très sincèrement que j'aime de plus en plus son style, son travail, ses contes... Car au final, on peut comparer ses romans à des contes modernes.
  Le style d'Amélie, est attachant, propre, de grande classe. Cet écrivain est selon-moi, une des plus grande de notre génération, altruiste, sincère, humble, douée, stylée... J'arrête-là car, loin de moi l'idée que vous pensiez que je sois une "Groupie", non, je suis juste sincère dans le choix des mots que je vous livre pour cet auteure, et je les pèsent.

  Je terminerais cette critique, en disant que les quelques mots de Musset qu' Amélie a choisi pour ce dernier roman, résonnent en moi d'une façon peut être différente de celle d'Amélie, bien que je ne crois pas...

FRAPPE-TOI LE CŒUR C'EST LÀ QU'EST LE GÉNIE...

  Cette phrase me renvoie à Louis-Ferdinand Céline, qui disait avec justesse, que pour écrire et avoir du style, il faut payer... Il faut donner de soi...
  La souffrance, le vécu, le ressenti, la foi, donnent des écrits majestueux, car cela touche au cœur, aux sentiments propres, et cela devrait être l'encrier de tout écrivain, le cœur...




mercredi 13 septembre 2017

Bas les masques les Jésuites ! Par Vincent Vallée.



Ah comme la vie est décevante parfois...
Comme je suis déçu par ceux qui qualifient les autres de ce qu'ils sont eux-même la propre incarnation : Des Jésuites!
C'est généralement lorsqu'on est trop flatteur, trop proche, trop imposant qu'il faut se poser les bonnes questions. Il faut se méfier...

Parfois on est solidaire, on prends patience au sujet de certains comportements, mais il y a des détails qui mettent la puce à l'oreille, des flous, des propos trop hypocrites que pour être sincère. Mais... Si nous mêmes sommes sincère, tolérant, alors on fait l'impasse, on laisse couler et ainsi, on poursuit la mascarade révélée bien plus tard.

C'est magnifique... tu dégages quelque chose, je t'assures... je suis ému... ou encore des : je n'en peux plus... je suis fatigué... je n'ai pas d'amis... Plaignez moi mon bon Blaise !!! Fourberie que tout cela !
Franc du collier ? Mon Dieu comme j'ai ri... Franc... Je n'ai jamais vu un niveau de franchise aussi pathétique, si puéril, si enfantin, si ridicule... Flattez-moi donc... Je vous flatte ! Dame ! Quelle horreur !

Tout réside dans ce que cachent ces hypocrites, dans leurs arrières pensées, dans leur for intérieur, sous la ceinture parfois, se trouvent les cerveau... C'est tristement vrai. On dissimule une pensée, un désir, une attirance sous le fard de l'amitié, on se pare de son plus joli masque, celui de la compassion, de l'admiration tel une Groupie! Comme c'est laid ce qu'il y a dessous le masque, comme c'est moche ces attitudes frisant avec la folie... Comme ça fait peur surtout ! Et puis, en creusant un peu, vous rencontrez tout ceux qui ont vécu la même chose avec ces individus, ceux qui ont déjà compris et rient jaune de voir que ça continue, ils sont passés par là...

Jésuites ! Hypocrites ! Parés d'un fard masquant leur laideur de cœur, leur laideur de sentiments malsains, comme je suis soulagé de cet abcès !
Chassez les blattes, pourchassez la connerie, évitez les sournois, les faux... La véritable entente, la jolie amitié ne réclame rien, elle donne, le dévouement n'est pas un distributeur gratuit éternellement... Ah chassez moi ces capitaines Haddocks ! Ces Barabas tout juste griffonnés, ces brouillons, que jamais plus ils ne fassent de mal autour d'eux ! Laissant la place aux vrais personnages, ceux qui amusent, les complaisants, les véritables, les amis sincères, et vive l'amitié !

Rédigé à Londres le 12/09/2017

mardi 12 septembre 2017

Paul Verlaine par Stefan Zweig





Je suis déçu...

J'ai déjà lu Stefan Zweig et j'en avais rédigé une critique ici :

https://lesmotsricochent.blogspot.co.uk/2017/04/lettre-dune-inconnue-de-stefan-zweigun.html

Mais là, cette biographie qui en réalité n'en est pas une, me déçoit au risque de déplaire à certains. Ce que j'attends d'une biographie c'est qu'elle m'apprenne la vie de celui qui est dépeint, que j'apprenne des détails sur son parcours. Là je n'ai appris que le mépris teinté de flatterie de Zweig ,pour Paul Verlaine.

Alors oui je pars d'un préjugé car j'admire Paul Verlaine et sa poésie, certes, mais pourquoi le salir dans cette biographie ?
Zweig est qui plus est, un peu désordonné dans la chronologie des faits, la rencontre avec Rimbaud... Le lieu du coup de feu à Bruxelles par exemple, est au début du récit en plein rue, ce qui est faux et puis plus loin en évoquant Rimbaud, c'est bien à l'hôtel...

Aussi (et là je peux comprendre que pour son époque c'était une folie, un acte hors la loi) l'homosexualité de Verlaine est évoquée mais Zweig dit bien qu'on ne vas pas s'étaler sur le sujet... Mais plus loin, il y revient pourtant, c'est très décousu...

Mais ce qui me gêne le plus c'est la manière dont Verlaine est dépeint : Laid comme un singe, versatile, faible, etc.
Sa poésie est aussi pointée du doigt comme étant bâclée parfois, niaise... Il est évoqué aussi ses poèmes quasi pornographique comme étant une déchéance, une erreur ignoble, mais pourtant... Zweig devrait savoir (puisque contemporain de Verlaine) que l'homme, était tout ça et son contraire !

Verlaine était lubrique, colérique, aimable, gentil, affable, versatile, alcoolique, obsédé par le sexe et tout ce qui s'y rattache... C'était Paul Verlaine.
Les hommes et femmes qui considèrent ces traits de personnalités chez lui, comme étant des tares, n'ont rien compris au poète qu'il était, à l'homme tout simplement. Peu m'importe qu'ils se prénomment Zweig ou autre...

J'ai lu l’entièreté du récit qui se dit autobiographique, par respect pour l'auteur que je continue d'apprécier, et je vais mettre cet opus raté selon-moi, sur le compte du fait que c'était sa première tentative au niveau biographie... J'ai bien trop de respect pour le poète pour dissimuler un seul aspect de la personnalité de Verlaine.


samedi 2 septembre 2017

Nicostratos de Eric Boisset par Vincent Vallée



Nicostratos, voici le nom que Yannis un jeune homme vivant sur une île grecque avec son père, va donner à l'oisillon qu'il découvrira sur un bateau de pêche.
C'est lors de la livraison d'une commande que Yannis va découvrir ce petit animal abandonné au fond d'une nasse, gisant dans sa fiente. Le jeune homme va s'éprendre de l'oisillon et l'échanger contre la croix en or qu'il porte depuis la mort de sa mère.

Le père de Yannis, Démosthène, un homme bourru et aigri depuis la mort de son épouse, est autoritaire mais travailleur, il subvient aux besoin de son fils mais n'est jamais démonstratif envers celui-ci, ce pourquoi Yannis se rend régulièrement au monastère non loin de là, pour se confier à Papa Kostas, un vieil homme d'église. C'est à lui que Yannis va avouer l'adoption du jeune volatile et c'est ainsi qu'il va apprendre que l'oisillon est un pélican, un animal qui, à l'âge adulte, atteindra presque les 1 mètre 30 et se goinfrera de poisson frais toute la journée !

Peu importe pour le jeune Yannis, il continuera de cacher l'oiseau dans sa chambre, que son père ne fréquente jamais, et continuer de l'élever, le nourrir. Lors des départs en mer Ionienne de son père, Yannis va sortir avec son jeune pélican qui grandit déjà très vite, et jouer avec lui, lui apprendre à obéir, il se noue entre eux une tendre complicité.
Cependant, l'oiseau devient grand, encombrant et bruyant bien que intelligent, et lorsque Démosthène, le père de Yannis va découvrir l'oiseau et par la même occasion qu'il est le responsable de la disparition de la croix d'or de son fils, il va entrer dans une colère noire...
Yannis devra fuir pour cacher l'oiseau sur une île, qu'il rejoindra chaque jour à la nage.

Ce roman est digne d'un grand classique, il est prenant dès le départ, on est plongé, immergé dans l'ambiance des plages grecques, du port, des pêches et de la nourriture à l'huile et aux légumes frais.
Mais ce qui est beau c'est l'amitié qui se noue entre ce jeune garçon orphelin de mère, avec ce petit pélican qui devient vite énorme et qui au final, encombrera surtout le cœur du jeune Yannis.
Mais aussi il y a un vocabulaire simple mais riche utilisé par l'auteur, ce roman est fluide, nous ne sommes pas perdus par une multitude de personnages et tous ont leur place bien ancrée dans le roman, à contrario de certains romans où parfois arrive un belligérant qu'on ne retrouve que 50 pages plus loin sans se le remémorer.
Lisez-le vite !

L'auteur :




Eric Boisset est un auteur français.

Il a obtenu de nombreux prix pour ses ouvrages, tant pour adultes que pour enfants (Prix PEEP 97 -Prix des Incorruptibles 98 - Prix des Dévoreurs de Livres 99).

Il est l'auteur des séries d'Arkandias, de Nicostratos et des Pierres de fumée publiées chez Magnard et a écrit près de 22 livres.