lundi 27 février 2017

Sweet Mama's Café



Elaine Hussey, voilà une auteure que je vais retenir, car elle, m'a retenu avec ce joli roman.

Je dis cela parce que au départ de ma lecture j'ai failli fermer mon attention au récit tant l'auteure parle de " Bouffe ", j'ai frôle l'indigestion mais c'était sans compter toute l'importance de la nourriture dans ce roman, comme quoi il faut toujours lire jusqu'au bout.

Ce roman se déroule là où j'adore que ça se déroule, à l'époque plus ou moins que je vénère aux USA. Nous sommes en 1969 à Biloxi une ville bordant le Mississippi.  Face à l'horizon, un restaurant tenu par une vieille dame, Sweet Mama ( Lucy ) et son amie afro, Beulah, toutes deux amies depuis des lustres.
La famille de Sweet Mama est aussi composée de Emily, Beth ses deux petites filles, et de Jim son petit fils qui revient à peine de la guerre une jambe en moins ... Il y a aussi Andy le fils d'Emily qui croit dur comme fer aux super héros, il a 4 ans.

Ce roman est l'histoire d'une famille soudée par les épreuves, par la vie. Les parents de Beth et d'Emily étant mort dans un accident de voiture c'est Sweet Mama qui à subvenu aux besoin de toute sa troupe avec l'aide de son indéfectible amie, Beulah. Entre ces deux vieilles dames un lourd secret qui les lie plus que tout, un secret que Beth va mettre à jour dans le jardin de Sweet mama, en découvrant des ossements humains sous les rosiers ...

Ce roman c'est aussi l'histoire de Sweet Mama qui, de plus en plus perd la mémoire et note tout sur    " le carnet de la mémoire " afin de ne pas paraître grabataire et de crainte qu'on la gare dans une maison pour vieux débris ... C'est aussi l'histoire d'Emily, mère seule et salie par les préjugés qui va se marier à la hâte avec un homme jaloux et violent au risque de sa vie.

C'est également le récit de Beth l'aînée, qui s’efforçant de toujours protéger sa famille en a oublié d'en former une elle-même.
C'est le récit de Jim le frère jumeau de Emily, qui revient de la guerre amputé d'une jambe, dont la lumière s'est éteinte dans son regard, si pétillant autrefois.

C'est aussi Camille, le nom de l'ouragan qui va terrasser la ville de Biloxi en 1969, l'année des rêves lunaires !

Je n'ai pas aimé, j'ai adoré ce roman pour son ambiance, parce qu'il est bien ficelé aussi, parce qu'on s'attache aux personnages, qu'on veut aller plus loin, encore passer une heure avec eux, on s'y sent bien dans cette famille soudée, si soudée que même le crime ne leur fait pas peur pour préserver leur bonheur ...



Elaine Hussey :



Née dans le sud des Etats-Unis, Elaine Hussey a su dès l’adolescence qu’elle deviendrait écrivain — comme Mark Twain, l’un de ses auteurs préférés. Fan de blues, musicienne, professeur d’anglais et journaliste, Elaine Hussey ajoute avec ce roman sa voix originale, poétique et profonde, à celles des grands auteurs du Sud.







dimanche 19 février 2017

Transformation.





Quel exemple que le papillon pour l'homme, une véritable leçon de morale, de vie.
Passer de l'état de chenille, pour ensuite devenir chrysalide et finir dans les airs en papillonnant quel miracle …

C'est un exemple évident de la vie, une réalité naturelle.

Le papillon pond des œufs qui deviennent des chenilles qui deviennent des chrysalides qui finissent en papillon majestueux et magnifiques.

Alors …

Tout homme devrait s'inspirer de ce phénomène … Nous pouvons parfois vivre des moments difficiles, pénibles, nous nous retrouvons alors parfois au sol, nous mordons la poussière et ensuite ?

Beaucoup demeurent dans cette position et ce,  parfois jusqu'à la fin, c'est tristement réel.
D'autres par contre, mordent la poussière, souffrent, mais se motivent, se dressent pour faire front et ont en eux cet espoir, celui qui va les mettre en état de chrysalide. Méditant sur leur passé, ce qu'ils endurent, ils vont utiliser cette épreuve pour rebondir, se transformer.

Tout comme la chrysalide ils vont s'envelopper, se protéger de l'extérieur, ils vont se forger une carapace, une couverture pour ensuite renaître …

Ils vont se remotiver, se débarrasser ensuite de cette couverture car les rayons du soleil sont à nouveau là pour eux. Comme le papillon,  ils vont s'ouvrir au nouveau monde, celui qui leur ouvre les bras. Ils vont ouvrir leurs ailes, déployer leur énergie et vivre leur nouvelle vie en s'envolant vers d'autres cieux.

Ils vont enfin voir la vie autrement, de plus haut, de plus loin. Virevolter entre les mensonges, les préjugés, les épreuves de la vie et puis pavoiser en montrant ces belles couleurs qui les parent.


Oui, tout comme le papillon, l'homme peut renaître, devenir plus grand, plus fort, plus beau et affronter la vie, transformé.






lundi 6 février 2017

Arrête avec tes mensonges de Philippe Besson.


Je ne connaissais pas Philippe Besson, l'auteur de ce roman, roman vous dites ? L'auteur livre là son histoire, sans barrières.

C'est en regardant une émission que j'ai vu et entendu cet écrivain parler de ce dernier roman, et de suite j'ai été happé, intrigué. Je venais de finir mon planning de lectures pour l'année, en effet, sinon je suis désorganisé. Mais celui-ci n'y était pas bien entendu ...

Je n'ai pas pu résister, plus on parlait de ce roman, plus j'avais une envie pressante de le lire.

Je l'ai lu en deux jours ...

L'écrivain Philippe Besson, a toujours écrit de manière romancée, il ment comme tous les romanciers car on assaisonne toujours un roman d'un peu de soi ... Dans tout ce qu'il a écrit jusqu'ici, il aurait parlé, évoqué, de manière détournée, Thomas Andrieu.

Thomas Andrieu, c'est ce garçon fermé, taciturne, sauvage, qui est adossé au mur de la cour de récréation du lycée de Philippe Besson.
Philippe l'a déjà repéré, il est conscient de son attirance pour les garçons depuis un moment déjà. Mais ce garçon adossé au mur, ce garçon qui l'attire, le trouble, ce n'est pas possible il est la figure même de l'hétéro type.

Quand un jour, seuls tous les deux, Thomas Andrieu va s'approcher de Philippe et lui proposer de manière soudaine l'acte ! Philippe est alors subjugué, étonné mais attiré, encore plus séduit. Pour Thomas, approcher ce jeune homme habillé gauchement, les cheveux bien coiffés, c'est braver l'interdit, le sien, celui qu'il s'impose.
C'est donc clandestinement qu'ils vont se retrouver dans un cabanon de rangement à l'école et se découvrir, s'aimer, farouchement, rapidement.

Après cet acte ... Le silence de Thomas, le déni peut-être ... Ils ne se regarderont pas plus qu'avant et Philippe lui, tombera amoureux, de plus en plus, l'attirance sera intense, encore plus forte avec ce déni de Thomas.
Mais quelques jours plus tard, Thomas revient vers Philippe et ils remettent ça, ils s'aiment, font l'amour, ils se cachent parce que pour Thomas c'est ainsi, il ne faut pas qu'on sache.

Un jour Thomas aura cette phrase pour Philippe qui  lui demandera pourquoi se cacher, Thomas lui dira:

" Parce qu'un jour tu partiras et que nous resterons "

Cette phrase va hanter l'auteur Philippe Besson, et j'avoue que je la trouve intense, pleine de sens, magnifique.
Il y a une sorte de prémonition dans cette phrase comme le dit l'auteur, Thomas sait que Philippe deviendra quelqu'un, alors que lui, demeurera un fils de fermier, puis fermier lui-même ... Il sait aussi que Philippe s'accepte en tant qu'homosexuel, qu'il l'affirme, alors que lui ... Il ne se l'avoue pas, ne l'accepte pas .... ce sera sa croix toute sa vie ...

Nous sommes en 1984, les mœurs sont différents d'aujourd'hui, certainement faut-il un caractère fort, affirmé, que pour s'accepter tel qu'on est au risque d'être montré du doigt.

Leur histoire va se terminer comme elle a commencé, sans comprendre pourquoi ... Thomas va faire une dernière virée en moto avec Philippe sur l'arrière et puis ils vont s'arrêter.
Philippe va tenter d'inaugurer son cadeau, offert pour la réussite de son année scolaire par ses parents, un NIKON.
Thomas est assis alors, sur un muret jaune avec le ciel bleu derrière lui et un chêne au loin ...  il est juste magnifique aux yeux de Philippe, il ne sait pas s'il peut, s'il ne se fâchera pas de cette photo, il y va, Thomas accepte, sourit même ... Ce sera la dernière fois qu'ils se verront ....

Je n'en dis pas plus pour vous permettre de découvrir ce roman comme je l'ai fait. Je suis encore chamboulé par ce récit autobiographique de l'auteur, ému, pensif ...

" Parce qu'un jour tu partiras et que nous resterons " ... 

Nous resterons ...


Philippe Besson :




Philippe Besson est écrivain, dramaturge et scénariste français, anciennement homme d'affaires. Il a été également critique littéraire et animateur de télévision.

Il est diplômé de l'École supérieure de commerce de Rouen et titulaire d'un DESS de droit. En 1989, il s'installe à Paris où il exerce une profession de juriste et enseigne le droit social. Pendant près de 6 ans, il sera le bras droit de Laurence Parisot, en tant que DRH puis secrétaire-général de l'Institut français d'opinion publique. Par la suite, il sera DRH de T-Online France - Club Internet.

dimanche 5 février 2017

Riquet à la houppe de Amélie Nothomb.





Je n'ai pas énormément lu Amélie Nothomb, cet écrivain talentueuse éduquée en partie en Asie, mais ce que j'ai lu ne m'a jamais déçu. 

Celui-ci, Riquet à la houppe, est juste beau et plaisant à lire. Il y a du travail derrière ce roman court, ne serait-ce que l'évocation des races d'oiseaux ...

En effet c'est l'histoire de Déodat, un enfant qui vient au monde en étant laid, ses parents eux-même le trouvent moche mais ce sont ses parents et ils l'aime. Déodat en grandissant va toujours être moqué, charrié pour sa laideur et pourtant ... Il va toujours passer au dessus de ces railleries, grâce a une qualité ...l'intelligence. Il se fiche pas mal de ces gens et se trouvera une passion, l'Ornithologie, il adore les oiseaux, ils le font rêver, il est en admiration devant la liberté qu'ils évoquent. 

Il est doué, intelligent, passionné ce qui fait oublier sa laideur et son début de Cypho-Scoliose qui le mènera à tomber amoureux , mais un amour non réciproque ...

En parallèle Amélie Nothomb nous parle de Trémière, une jeune fille très jolie qui sera dépourvue d'intelligence. Elle ne sera pas très comprise par ses parents et sera donc élevée par sa grand-mère, une amoureuse des bijoux, elle lui transmettra cette passion de la beauté, une beauté encore plus intense quand elle est observée, comprise, aimée ...

Dans ce roman Nothomb nous montre et nous démontre que la vraie beauté n'est pas extérieure, entre Déodat qui est laid mais attire les filles par son intelligence, force l'admiration et la curiosité.
Et puis, Tremière, jolie, attirante mais qui semble bête, niaise et qui pourtant est pourvue d'un amour communicatif, elle est un mystère et ainsi intrigue plus que n'attire, un peu comme un bijou ...

J'ai aimé ce roman, j'ai aimé aussi qu'il se lise vite, j'ai adoré cette évocation de l'ornithologie de Déodat et puis ces prénoms sont magnifiques non ?
Il y a également ce rapport au conte de Perrault qui est intelligent, remettre au goût du jour un vieux conte c'est un bel hommage de l'auteure.


On reproche parfois à Amélie d'écrire un roman par an ... Mais c'est pour moi un bonheur de savoir que je vais la retrouver au travers de ses pages chaque année, car elle travaille derrière et est à l'écoute de ses lecteurs.

Il m'est impossible de ne pas vous partager une vidéo car, qui mieux que ce Booktuber célèbre pour vous parler d'Amélie Nothomb:

Cédrik Armen un amoureux d'Amélie Nothomb.

A partir de 10.40 secondes.




Le bazar des mauvais rêves de Stephen King.



Stephen King, un écrivain modeste mais au succès toujours inébranlable. On connaît tous cet auteur pour Carrie, Christine, Simmetière, etc ...

Il est moins connu pour ses nouvelles, et pourtant il en écrit pas mal, comme dans son recueil " Différentes saisons " où est relatée une des plus belles histoires de l'auteur populaire : "Compte sur moi " ( Stand by me ). Un récit porté à l'écran avec River Phoenix.

Cette fois, Stephen King revient avec un recueil de nouvelles chaque fois précédée d'une légère explication ou anecdote en préambule donc, du récit qui s'en suivra.

Pourtant, j'ai été un peu déçu par quelques-unes comme la nouvelle sur le Base-Ball ou je n'ai rien compris, termes techniques et qui plus est ancien, appartenant au Base-Ball de papa, raison pour laquelle d'ailleurs l'auteur l'a écrite. Le bon vieux Base-Ball lui manque ...

Le poème en prose m'a dérouté, j'ai j'avoue, abandonné sa lecture ...

Néanmoins, il y en a de très bonnes comme UR la nouvelle sur la liseuse, qui permet de découvrir des œuvres d'auteurs légendaires méconnues, une sorte de littérature parallèle inconnue du public. Il y est mis en avant le fameuse liseuse Amazon certes, mais le livre n'est pas laissé de coté.

Le thème de la vieillesse est aussi évoqué avec ce couple âgé qui se repose sur une aire de repos et va assister a un accident de la route effroyable.
La vieillesse est aussi narrée avec ce vieil homme riche qui est persuadé qu'un guérisseur va le soulager de sa maladie, au détriment de la médecine et ainsi frustrer, fâcher, son infirmière.

Il y a aussi ce couple américain qui se supporte tant bien que mal, surtout le mari qui supporte sa femme devenue grosse, qui fume et l'exaspère, elle va le quitter pour faire un achat banal mais il ne s'attendait pas à ce que la séparation arrive comme ça, si soudainement. Une véritable hébétude face aux " mauvaises " surprise de la vie, surprises brutales.

Comme vous le voyez, je suis plus positif que négatif et je vous le conseille à la lecture. Néanmoins , certaines nouvelles ne méritaient pas d'être lues. Je veux dire ... Ce n'est pas toujours publiable parce qu' on s'appelle S. King.

Pour moi, sa meilleure nouvelle est sans  conteste " Compte sur Moi " ou  " The body " Relisez-là donc dans " Différentes saisons ".