mercredi 13 septembre 2017

Bas les masques les Jésuites ! Par Vincent Vallée.



Ah comme la vie est décevante parfois...
Comme je suis déçu par ceux qui qualifient les autres de ce qu'ils sont eux-même la propre incarnation : Des Jésuites!
C'est généralement lorsqu'on est trop flatteur, trop proche, trop imposant qu'il faut se poser les bonnes questions. Il faut se méfier...

Parfois on est solidaire, on prends patience au sujet de certains comportements, mais il y a des détails qui mettent la puce à l'oreille, des flous, des propos trop hypocrites que pour être sincère. Mais... Si nous mêmes sommes sincère, tolérant, alors on fait l'impasse, on laisse couler et ainsi, on poursuit la mascarade révélée bien plus tard.

C'est magnifique... tu dégages quelque chose, je t'assures... je suis ému... ou encore des : je n'en peux plus... je suis fatigué... je n'ai pas d'amis... Plaignez moi mon bon Blaise !!! Fourberie que tout cela !
Franc du collier ? Mon Dieu comme j'ai ri... Franc... Je n'ai jamais vu un niveau de franchise aussi pathétique, si puéril, si enfantin, si ridicule... Flattez-moi donc... Je vous flatte ! Dame ! Quelle horreur !

Tout réside dans ce que cachent ces hypocrites, dans leurs arrières pensées, dans leur for intérieur, sous la ceinture parfois, se trouvent les cerveau... C'est tristement vrai. On dissimule une pensée, un désir, une attirance sous le fard de l'amitié, on se pare de son plus joli masque, celui de la compassion, de l'admiration tel une Groupie! Comme c'est laid ce qu'il y a dessous le masque, comme c'est moche ces attitudes frisant avec la folie... Comme ça fait peur surtout ! Et puis, en creusant un peu, vous rencontrez tout ceux qui ont vécu la même chose avec ces individus, ceux qui ont déjà compris et rient jaune de voir que ça continue, ils sont passés par là...

Jésuites ! Hypocrites ! Parés d'un fard masquant leur laideur de cœur, leur laideur de sentiments malsains, comme je suis soulagé de cet abcès !
Chassez les blattes, pourchassez la connerie, évitez les sournois, les faux... La véritable entente, la jolie amitié ne réclame rien, elle donne, le dévouement n'est pas un distributeur gratuit éternellement... Ah chassez moi ces capitaines Haddocks ! Ces Barabas tout juste griffonnés, ces brouillons, que jamais plus ils ne fassent de mal autour d'eux ! Laissant la place aux vrais personnages, ceux qui amusent, les complaisants, les véritables, les amis sincères, et vive l'amitié !

Rédigé à Londres le 12/09/2017

Aucun commentaire:

Publier un commentaire