mercredi 23 janvier 2019

Cœur et âme de Jean-Philippe Lux par Vincent Vallée


Cœur et âme de Jean-Philippe Lux



Comme parfois, au milieu de mes lectures « classiques », j’achète un roman peu connu, un premier roman, d’un collègue auteur tout comme moi. Cette fois il s’agit de Jean-Philippe Lux qui publie Cœur et âme, je dirais qu’il s’agit d’un drame sentimental, et que si je devais lui donner une note parmi mes lectures auto-publiées, il serait aisément sur mon podium.

Ce petit roman est non seulement très bien construit, mais en plus, pour un auto-publié, très bien mis en pages, très élaboré. Oui pour un auteur c’est une des étapes importantes qui fait partie de la naissance de son roman. On découvre un homme, Valentin, célibataire et qui semble redémarrer dans la vie. Il emménage à peine, se lance dans une nouvelle aventure professionnelle et s’est installé dans une nouvelle ville. C’est à son travail qu’il va apercevoir pour la première fois, une jeune femme, bien plus qu’un coup de foudre. C’est sa future raison de vivre, son moteur de chaque prochaine journée qu’il va voir là, furtivement, mais qui ne quittera plus ses pensées.
C’est un peu plus tard qu’il va revoir la jeune femme, lors de son marché dans un endroit atypique : une église réaménagée en marché « commun » une pratique économique et lucrative. 

Valentin va aimer cette façon de faire du commerce et la caissière qui va lui scanner ses courses n’est autre que la jeune femme aperçue plus tôt : Raphaëlle. Le premier sentiment qu’éprouva Valentin va se confirmer, le troubler, lui donner des ailes. En parallèle, dans ce roman nous allons avoir le point de vue de Raphaëlle, qui s’avère expliquer les attitudes et autres manœuvres décrites dans le récit d’où mon admiration sur la construction de ce roman. Nous ferons des bonds dans le temps pour nous mettre l’eau à la bouche et vouloir en savoir plus, comme quoi notre passé influence toujours notre futur.

Valentin et Raphaëlle vont flirter, se découvrir et vivre une passion amoureuse intense, sincère, profonde. L’un comme l’autre vont, petit à petit, apprendre à se connaître, mais aussi à se « découvrir ». Oui, nous avons tous un passé certes, mais Valentin et surtout Raphaëlle ont un passé assez lourd, sensible. Un des deux va ressurgir et redistribuer les cartes du jeu de ce couple si beau, si attachant.

Je n’en dirais pas plus car ce roman se dévore, il est bien ficelé, bien pensé. De plus, il y a cette touche de modernité qui ne gâche rien, au contraire, comme ce marché commun regroupé en un lieu atypique, cette église reconvertie. J’ai bien aimé cette idée. Un roman contemporain, un auteur surprenant et la rencontre d’Ecrimagillu, une maison d’édition qui en est à ses débuts et qui a repéré Jean-Philippe Lux. Ecrimagillu va éditer et publier le roman dont je viens de vous parler. Une belle récompense car ce roman le mérite bien.

JEAN-PHILIPPE LUX



Jean-Philippe Lux est né en 1976 et vit dans la région des Collines. Papa de deux jeunes garçons, il est développeur dans la vie de tous les jours.
La création et l’imagination sont des facultés qu’il emploie quotidiennement dans son travail et il décide de les utiliser pour commencer l’écriture de son premier roman.

samedi 19 janvier 2019

L’ami Georges par Vincent Vallée



L’ami Georges

Un amoureux de l’art, un peintre, un petit peintre se trouvait là, parmi d’autres, assis sur un tabouret. Disposés devant lui, sur des chevalets bancals, des toiles, allant de la plus petite à la plus grande, de la plus médiocre jusqu’à la plus réussie. Les badauds se succédaient, eux aussi multiples dans leur éventail.
Georges les regardait parfois s’ils s’arrêtaient, mais peu étaient intéressés par sa peinture, et pourtant, il y avait mis tant de cœur, tant d’heures de travail, de sommeil, de réflexions. Dire que personne ne s’y intéressait serait faux, très souvent on le flattait, le félicitait, mais peu lui en achetait.

Ce jour-là, vers 15 h, un homme accompagné d’un ami, supposa Georges, arriva près de ses toiles et le sourire affiché, les yeux pétillants, il les admira, admirer est un bien faible mot, en effet, il était en extase. Passons donc les qualificatifs élogieux et autres flatteries du même genre, retenons que Georges les entendit tous. L’homme voulait tout prendre en photo, attention pas de la simple photo, non, des photos haute qualité, car, l’homme accompagné d’un imprimeur, était selon ses dires, en quête de talents afin d’imprimer un catalogue mettant en avant les artistes, les vrais ! Que de beaux mots, que d’éloges reçut notre cher Georges en quelques minutes ! Il permit néanmoins à l’homme de prendre quelques photos. Prise de recul, angles différents, le show était lancé. Georges lui, doutait.

Une fois rentré à la maison, et quelques toiles vendues tout de même, Georges s’installa devant son ordinateur, ouvrit sa boîte mail et là, un mail de l’homme souriant, un peu trop… Georges lui avait laissé son adresse mail, car se retrouver dans un catalogue avec des photos haute qualité de ses toiles, ça pourrait booster ses ventes. Alors soyons clair, Georges s’en fichait un peu de « vendre » ce qui l’intéressait c’était de partager, de susciter de l’intérêt, mais les brocantes, les petits salons artistiques ce n’était pas suffisant, il était loin le temps de Montmartre et de la place du Tertre où tout artiste arrivait à se faire un semblant de nom dans l’art, et puis quelques sous. Alors ma foi, un catalogue pourquoi pas ?

De mail en mail, de propos élogieux en autres flatteries à peine exagérées, voilà que notre ami Georges, peintre modeste mais ambitieux, signe un contrat de publication de ses toiles pour un catalogue haute qualité ! Ah, mais quel homme courageux ce Georges qui se rend à de multiples expositions, salon des arts, même des brocantes ! Tout est bon pour se faire connaître ! L’homme lui lança ces quelques phrases, car pour diffuser ce catalogue il fallait aussi lui en acheter, eh bien oui, ça allait multiplier les chances, bien entendu…

Toujours soucieux, mais conforté par des propos rassurants et toujours autant de flatteries, Georges suivra finalement l’homme, qui depuis quelques mails, se présentait comme un porteur de rêves, un passeur d’art… Ah la jolie formule n’est-ce pas ? Georges était convaincu, car toute la batterie de propos persuasifs était utilisée. L’art, la profondeur de l’art, ce que recèle un peintre, un vrai, les messages qui passent dans une toile. L’homme, s’y connaissait c’était certain ! Un passionné, un vrai quoi !
Georges reçut sa commande de catalogue, il l’ouvrit et là, stupéfaction ! Le catalogue était rédigé en diagonale dans le sens où aucune règle de bases n’étaient respectées, les photos ? N’en parlons pas… Ou plutôt si, floues pour certaines, mal cadrées pour d’autres, retouchées et faussant ainsi la couleur des toiles qui semblaient presque malades… Ah ! Georges l’avait senti, il avait eu dès le départ des doutes concernant l’homme. Le porteur de rêves et passeur d’art était tout bonnement, un escroc. La flatterie ? Il y en avait trop, pour qu’elle soit sincère. Les connaissances en art s’avérèrent être trop répétitives que pour être sincères, plutôt calculées pour le « paraître ».

Georges n’allait pas en rester là, il allait pousser son coup de gueule et dire au porteur de rêve et passeur d’art ce qu’il pensait de lui. Oulah… quelle erreur ! Le monstre allait surgir, bondir, sortir les crocs et les ergots. Comment pouvait-on ainsi dénigrer tout ce qui avait été fait, dit, avancé ! L’homme était furibond et menaçant envers notre Georges.

L’ami Georges fut blessé, touché par tant de haine et de mépris, il dut faire face à l’horreur et se dit que finalement, une toile un peu gauche, avec quelques défauts c’est beau… Car une toile retouchée pour masquer les erreurs, les défauts, c’est tricher et mentir. L’homme, ce porteur de rêves et passeurs d’art n’était finalement, qu’un porteur d’ennuis et un passeur d’objectifs cupides. Georges prit du recul et ferma sa vie à l’homme cupide, et put ainsi respirer sans oppression, faux semblants, et tout ce qu’il y a d’horrible chez l’être humain. Le cauchemar était fini. Georges avait appris une chose durant sa vie : C’est que justement, la vie d’un homme n’appartient à quiconque sauf à lui. Il en détient les clefs, il fait entrer qui il veut et jette dehors qui il veut, il a les clefs.

Morale :

Avant d’entrer dans la vie d’un homme, essuyez-vous les pieds, soyez vous-même, respectez-le, acceptez-le, ne mettez pas de désordre et soyez en toutes circonstances, respectueux de l’accueil qui vous est fait, sinon ? Sortez, et ne revenez surtout jamais plus, vous ne détenez pas les clefs de la vie d’autrui.

mercredi 9 janvier 2019

Wonder de R.J Palacio par Vincent Vallée




Tu es merveilleux. Voilà ce que je retiens de ce roman, Auggie est un jeune garçon qui n’a pas reçu une vie de prime abord, facile, heureuse. Il est effectivement victime d’une grave déformation faciale et après plusieurs opérations ses parents se décident à le scolariser. Auggie est comblé d’amour, celui de ses parents, sa sœur via, mais aussi le reste de la famille. Cependant, il n’a aucun ami.

Alors il va tenter d’aller à l’école, sa sœur lui prodigue de bons conseils, sa mère est inquiète et fait le nécessaire pour le préparer, comme organiser avec le directeur de l’école, monsieur Bocu, un comité d’accueil alors que c’est la fin des vacances. Monsieur Bocu, on s’en rend compte vers la fin du roman est touché par la rencontre avec Auggie, et touchant de par sa réaction à cette expérience : Accueillir un enfant si « différent » c’était un défi à relever.

Mais bien entendu, les enfants entre eux, sont parfois si cruels, peu importe le degré de malheur dont vous êtes affligés, rire et se moquer entraînant ainsi le rire des autres semblent vous mettre en valeur. Auggie n’y échappera pas.

Ce roman est juste… Merveilleux. C’est un premier roman pour R.J Palacio et c’est une sacrée réussite. Oh bien entendu ce n’est pas de la grande littérature, c’est juste un magnifique récit sur l’amitié, la tolérance, la différence, la famille, et bien d’autres valeurs importantes. Wonder c’est aussi quelques préceptes, un système mis en place par un prof d’Auggie. Des règles relatives à des choses importantes, des dictons, des citations et j’adore ça personnellement. Monsieur Brown, l’instituteur va demander à ses élèves, dont Auggie, d’écrire des préceptes, et ce chaque mois. Parmi ceux-ci voilà un éventail des plus profond à mon goût :


« Il ne suffit pas d’être amical. Il faut être un ami. »
« Ne sois pas ami avec des cons. »
« N’essayez pas d’avoir l’air cool. Ça se voit, et ça craint. »
« Sois loyal envers toi-même. »

Et bien sûr celle d’Auggie :

« Tout le monde mérite une ovation au moins une fois dans sa vie, parce que nous triomphons tous du monde. » Auggie.


Je vous invite à lire ce roman qui comporte de très courts chapitres, sa lecture est rapide, facile, agréable, un récit empli de bon sens et de morale, un roman merveilleux. Wonder !





Raquel Jaramillo Palacio, plus connue sous le pseudonyme de R. J. Palacio, est une auteure et graphiste.


Née de parents immigrants colombiens, elle fait ses études à la High School of Art and Design à Manhattan, New York, puis obtient son diplôme en illustration à la Parsons The New School for Design. 

Elle a été, pendant de nombreuses années, directrice artistique et graphiste conceptrice de page de couverture pour les livres. 

( Source de la bio: Babelio.)




Un roman adapté au cinéma :